Lors de la conférence EA, nous avons pu apercevoir le jeu sous la forme d’une séquence de Gameplay. Cette dernière nous présentait des phases de combat aériens dans lesquelles on pouvait apercevoir différents types de vaisseaux dont pas moins de 3 jouables.
 

Les vaisseaux et leurs spécificités

08131086-photo-star-wars-battlefrontOn pourra donc retrouver et jouer avec le Tie Fighter de l’Empire ou encore avec les X-Wings et le faucon Millenium des Rebelles. Lors de la conférence, on a aussi rapidement vu le décollage de vaisseaux transporteurs dont l’utilité nous a été expliquée un peu plus tard lorsque nous avons pris en mains le titre.
 
La première chose qui nous a sauté aux yeux, c’est la caméra, différents modes de vue sont disponibles. On pourra donc décider de manipuler notre vaisseau à la troisième personne, donc depuis l’extérieur, ou encore de s’immerger en adoptant la vue « Cockpit ».
 
Fonctionnalité très sympathique : nous avons la possibilité de gérer la répartition d’énergie de notre vaisseau, on pourra donc accroitre notre puissance de feu en réduisant notre vitesse ou inversement, augmenter notre vitesse de vol en réduisant la puissance de nos tirs.
 

Prise en Mains

Nous avons donc pu prendre en mains le jeu, pour ce test, nous nous sommes retrouvés au beau milieu d’un combat aérien à 10 joueurs contre 10. Nous pilotions un X-Wings et avons éliminé l’Empire 2 fois de suite 😉
 
Star-Wars-Battlefront-combat-aerienLe mode de jeu nous permettait donc de s’affronter à 20, mais bien plus de vaisseaux étaient présents dans les airs, les autres étant contrôlés par l’IA. Après une prise en mains un peu compliquée (on a galéré à trouver le bouton pour locker un ennemi, merci le staff EA de nous y avoir aidé), nous avons donc pu profiter pleinement de notre vaisseau. Nous disposions donc d’une fonctionnalité pour cibler un adversaire qui se trouverait devant nous, puis pour l’abattre, de deux modes de tirs, un normal, que l’on peut utiliser en continu (il surchauffe de temps en temps et nécessite alors un cooldown), et un missile guidé, qui se recharge de temps en temps.
 
Pour esquiver les rafales de tirs qui nous étaient destinés nous pouvions au choix, utiliser la gestion de l’énergie de notre vaisseau afin de ne plus être sur la trajectoire du tireur, ou utiliser les manœuvres d’esquives disponibles. On pouvait alors faire un looping pour se retrouver derrière ledit tireur.
 
Sur la carte étaient présentes des tours de guet qui n’hésitaient pas non plus à nous tirer dessus, mais aussi des bonus au sol que nous pouvions récupérer, comme de la vie par exemple. Notre but était donc de marquer des points en éliminant nos adversaires, mais surtout d’escorter nos vaisseaux transporteurs, qui apparaissaient de temps en temps, et de détruire les transporteurs adverses pour marquer de nombreux points.
  
En somme on aura passé environ 25 minutes de jeu pour faire 2 rounds/parties, et on n’aurait pas dit non à la possibilité d’en faire une troisième. Le jeu est rapidement prenant et l’univers graphique juste excellent. S’il ne constitue tout de même pas LE coup de cœur de cet événement, il reste une très bonne surprise et on est impatients de pouvoir l’avoir entre nos mains le 19 Novembre.