Playstation VR – 1 an après

MisteRedfield dans Dossier le 08/12/2017

Nouveau gadget à sensation des adeptes de la technologie, la réalité virtuelle s’est faite longuement attendre avant de définitivement sortir sur le marché. Ce concept, dont l’existence remonte à plus loin que ce que l’on pourrait penser, nous permet de nous plonger dans un monde artificiellement conçu afin de vivre une expérience sensorielle. De nos jours, cette réalité virtuelle, à ne surtout pas confondre avec la réalité augmentée, est surtout à la mode, ne le cachons pas, dans le monde du jeu vidéo ou expériences vidéoludiques. Et c’est le cas depuis maintenant un an avec le casque de Sony. Retour sur l’évolution de cet accessoire.

Playstation VR : Origins

Le playstation VR, ou plus communément désigné PSVR, est le casque de réalité virtuelle de Sony. Initialement produit sous le nom de Project Morpheus, il fait pour la première fois parler de lui en 2014, alors que Sony Computer Entertainment en fait la présentation. Durant le mois de septembre de la même année, Sony annonce alors que le PSVR est à 85% de sa conception et c’est lors de la Game Developers Conference en mars 2015 que Sony dévoilera les caractéristiques de leur futur accessoire fétiche avant d’annoncer une première période de sortie. Rapidement repoussé, la date sera finalement placée pour le 13 Octobre 2016, date à laquelle le casque sortira réellement.

Un lancement compliqué ?

La concurrence n’étant donc pas encore véritablement présente lors de sa sortie et l’accessoire totalement nouveau au sein du grand public, il était alors difficile de prévoir ou même d’estimer à quel point ce phénomène prendrait ou pourrait prendre de l’ampleur. Commercialisé pour la (modique ?) sommes de 399.99€, soit le prix d’une console neuve et vierge, Sony prenait un gros risque. Si le prix semblait être trop élevé pour certains, pour d’autres, c’est surtout le catalogue de choix qui aura sonné comme une alerte. Avec tout de même 50 jeux disponible le jour J, les joueurs se sont très vite rendu compte qu’il ne s’agissait surtout que de (courtes) expériences, très peu renouvelables dont la qualité de certaines était largement dispensables. En effet, avec l’énorme publicité que la firme japonaise avait accordé au casque, mais aussi de ses capacités, il aura fallu très peu de temps avant que la masse ne s’attende à de nombreux portages ou jeux véritablement pensés pour le genre. Et c’est à ce moment, pour beaucoup, que l’engouement VR commençait à s’éteindre.

Effectivement, loin encore la possibilité de pouvoir jouer à nos jeux ou saga favorites équipé de cet accessoire, l’entreprise nippone aura surtout gâté ses fidèles d’une cinquantaine d’expériences où le principal objectif n’était pas de nous épater par une aventure extraordinaire ni même de repousser les limites du possible ou du pensable, mais plutôt nous illustrer de manières plus ou moins variées comment l’immersion prenait forme. Malgré tout doté de Until Dawn : Rush Of Blood, un shooter horrifique prenant place dans l’univers de l’excellent premier jeu éponyme de Supermassive Games ou encore Robinson : The Journey et Here They Lie, le catalogue va se limiter à de courtes parties dans lesquelles le joueur sera bien trop souvent spectateur. Manquant d’un gameplay véritablement gourmand, la plus part des jeux, dont l’aventure linéaire se traduit par un personnage ou autre avançant à son rythme, demandera surtout aux joueurs de bouger la tête afin pouvoir regarder chaque recoin de « l’écran » et d’utiliser manette ou playstation move pour viser et interagir avec objets ou décors.

En février 2017, la firme nippone annonce qu’à l’issu de ses 5 mois de commercialisation, le casque VR s’était écoulé à plus de 915.000 unités. Des chiffres qui semblent décevant auprès de certains, mais qui pourtant, encouragent Sony à faire plus. En effet, ce sera suite à cette annonce que la marque parlera d’augmenter la production afin de répondre à l’appel des consommateurs.

Et maintenant ?

De nos jours, et si l’on s’en tient aux uniques dires de Sony, le PSVR se porterait plutôt bien. Même si la société refuse toujours de donner des chiffres exactes sur les ventes de l’accessoire-console, ce dernier ne connaitrait pas la crise et même mieux, l’IDC (International Data Corporation) livrerait un bilan de fin d’année plutôt flatteur. En effet, Sony serait parvenu à vendre 500.000 exemplaires supplémentaires de leur casque durant le mois d’avril jusqu’au mois de juin 2017. Histoire de pousser le PSVR plus haut, ces chiffres seraient une prouesse que ni le HTC Vive ou l’Oculus ne pourrait égaler, si l’on en croit l’organisme.

Son catalogue quant à lui, s’est également vu épaissir puisqu’il compte à ce jour pas moins d’une centaine de jeux, dont de grandes saga et dont d’autres sont sur le point de paraître. Légèrement plus fourni, la firme nippone aura, en l’espace de quelques mois, eu l’occasion de sortir ou permettre le développement de certains de leurs jeux sur leur casque favoris. Tout premier, Resident Evil 7, le 24 janvier 2017, aura chamboulé, en plus de l’univers de la saga, l’univers du PSVR puisqu’il sera le tout premier jeu vraiment faisable dans son entièreté équipé de ce casque. Toujours d’actualité grâce à de nombreux DLC s’étalant jusqu’au 14 décembre 2017, il est à ce jour, malgré des ventes moindre pour Capcom, l’un des jeux références pour le casque. Étant un jeu d’action-horrifique à la première personne, il était impensable pour les deux firmes de passer à côté de ce casque, histoire de faire frissonner, ou sursauter les joueurs, quitte à se demander si l’unique intérêt de se casque ne résiderait pas des expérience de genre (horreur, spectaculaire, narrative). Mais au-delà de ce détail, le jeu représentait pour le casque le moyen d’introduire (enfin) une base de gameplay autre que tourner la tête et cliquer. Ainsi nous voilà parés à nous déplacer à notre guise dans une sinistre demeure où il faudra venir à bout de monstres et d’une famille de dégénérés par nos propres moyens (ou notre propre manette). Totalement différent, Bandai Namco Games proposera à son tour un mode VR dans leur licence phare : Tekken avec le septième jeu. Bien loin de parler qualité, il faut surtout noter que cette option permettra de grossir et varier, les fonctionnalités VR. Enfin pour terminer cette série d’exemple, comment ne pas parler de Final Fantasy XV. Faisant beaucoup de bruit suite à de nombreux reports puis une sortie finale laissant planer le spectre d’un jeu non-terminé et donc hanté par une série de mise à jour et DLC en tout genre, Square Enix tenta alors le 21 Novembre 2017 une version VR de leur jeu avec Monster Of The Deep, une sorte de mini jeu se passant dans l’univers de Final Fantasy XV où le but de l’œuvre sera, comme le prince Noctis durant ses pauses, de pêcher le plus gros des poissons, dont les plus monstrueux. Si évidemment les jeux ci-dessus ne plairont pas à toutes et à tous, Sony commence désormais à varier son format VR en plus de pousser le gameplay chaque fois un petit plus loin, variant les plaisirs des joueurs.

En tout cas, si une chose est bien sûre, c’est qu’avec le parc de PS4 dans le monde que s’offre Sony ainsi que les projets annoncés par le biais de la conférence des constructeurs, le PSVR se dessine un beau petit avenir en étant leader (malgré lui) du marché réalité virtuelle.

 

La V2

Enfin, le PSVR étant un récent petit bijoux de technologie, se voit très bientôt mis à jour. De fait, Sony aura créer la double surprise ces derniers jours en annonçant donc l’évolution de leur casque mais surtout en annonçant la date de lancement, fixée au 14 octobre au Japon, et très probablement un peu plus tard ailleurs dans le monde. Sobrement nommée la V2, ce casque sera surtout une version moins organiques de son grand frère. Au programme alors, la réduction de fils entre le casque et le boitier qui sera désormais au total d’un seul. L’ajout d’une prise jack à l’arrière du casque. Et un processeur compatible avec la HDR pour l’affichage TV. Niveau commercialisation, le V2 sera vendu au prix initial de 399.99€, tout en intégrant le Playstation Camera, qui n’était pas compris dans le pack du PSVR premier du nom. Enfin, un emballage propre est prévu pour ce nouveau casque. Difficilement reconnaissable pour certains, sachez que le meilleur moyen de savoir si vous êtes sur le point d’acheter un casque V2 sera d’identifier le code qui subira un léger changement permettant de différencier les deux casques. L’emballage d’un PSVR sera alors codé d’un CUH-ZVR1. L’emballage d’un V2 sera lui codé d’un CUH-ZVR2.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.