Après avoir offert aux joueurs l’aventure Resogun en 2013, le studio Housemarque revient en cette année 2017 avec l’aventure (super) colorée de Matterfall. Si leur précédent jeu avait reçu un accueil fort sympathique en redonnant vie à un genre qui s’était quasiment éteint, Matterfall, un run & gun qui va faire travailler vos réflexes, peine pourtant à convaincre sur le long terme.

 Les aliens-machines nous envahissent

Prenant place dans un univers futuriste, Matterfall nous plonge dans la peau, ou plutôt la combinaison, d’Avalon, une soldate envoyée dézinguer une série d’armes créés à partir de ressources extraterrestres s’étant retournées contre l’espèce humaine sur un fond de musique électronique. Si le plot ne vous passionnera jamais, tout l’intérêt du jeu reposera lui sur le gameplay, nerveux et un tantinet addictif grâce au système de scoring.

Une aventure survitaminée

Bien loin de ce que le studio avait fait avec leurs précédents jeux, Matterfall propose une aventure ultra action aux airs d’autres jeux tels que Contra. Combinant le jeu de plate-forme au jeu de shoot’em up, le contrôle classique d’Avalon s’effectue par les deux joysticks ; l’un servant à se diriger, l’autre à tirer dans le sens désigné (et de manière illimitée sans contrainte de recharge). À cela s’ajoute la possibilité du (double) saut et de charger les ennemis et voilà qu’Avalon peut se lancer à l’assaut dans cette guerre fictive où les combats sont nombreux et les ennemis en grand nombre.

Un système plaisant mais court

Vous l’aurez compris, bien que peu original, le jeu possède néanmoins une forte personnalité nerveuse qui vous poussera à chaque chapitre à venir à bout du tableau des scores. Entre le déferlement de munitions à tout va et les sauts propulsés, le jeu propose une feature sous le nom de matière bleue. Elle vous aidera, en présence d’ennemi ou pas, à passer à travers des murs, créer des plate-formes ou stopper les cibles temporairement vous obligeant à rester vigilant en toute circonstance pour ne pas tomber dans le vide ou se faire littéralement écraser par la concurrence. Et même si ces attribues viendront peaufiner votre score final, donnant l’envie aux hardcore gamers du genre de faire toujours mieux, il en va sans dire que l’expérience restera malheureusement beaucoup trop courte. Ne comprenant que 3 chapitres de 4 niveaux (dont 1 boss par chapitre), nul besoin de préciser que même avec tout le challenge que peut proposer le jeu (dont le boss de fin complètement en deçà des autres niveaux) l’aventure se boucle au bout de quelques courtes petites heures.

La rejouabilité n’est pas le point fort

Effectivement, avec cette aventure des plus courtes (mais des plus corsées), le joueur ayant terminé le jeu pourrait s’attendre à des niveaux bonus ou bien d’autres modes. Et bien fort est de constater que l’unique récompense à la fin de la guerre ne sera qu’un simple mode de difficulté baptisé Maître où chaque coup reçu mettra un terme à votre partie. Si ce détail plaira évidemment aux joueurs les plus courageux, il ne fait aucun doute que cela ne  sera pas suffisant pour les autres. Hormis, recommencer les niveaux pour battre son propre record ou celui des copains ou collecter les collectibles, le jeu cessera d’intéresser une grande partie des joueurs qui abandonneront l’aventure aussi vite qu’ils l’auront achevé, à moins que le studio ne daigne un jour compléter leur excentrique épopée.

 

En conclusion

6.5/10
Pour

- Un gameplay nerveux
- Une difficulté en crescendo
- Graphiquement éblouissant
- Une framerate constante

Contre

- Beaucoup trop court
- Aucun contenu
- Trop peu de rejouabilité
- Tableau des scores limitatif
- Bande-son rapidement oubliée

Finalement, même si Matterfall restera qu'une courte expérience, il faut tout de même noter qu'il dépoussière un peu le genre de par ses combats entièrement survitaminés et sa palette de couleurs à décoller la rétine. On espère tout de même un contenu futur afin de compléter cette folle aventure.